Mohamed Papa Hann, qui s’est fait élire lors d’un congrès qui s’est déroulé en décembre dernier, ne compte pas renoncer à ses fonctions de président du Conseil national du patronat de Guinée (CNPG). Et cela même pour tout l’or du monde. L’homme a tenu ainsi à couper court aux rumeurs selon lesquelles, des tractations seraient en court, en vue de le rapprocher de M. Ansoumane Kaba, PDG de la société Guiter SA, spécialisée dans les BTP, l’autre président qui parle au nom de l’organisation patronale.

Répondant ainsi à la question de savoir, s’il était vrai que des pourparlers étaient en court, pour rapprocher les différentes franges du CNPG, Papa Hann ne va pas du dos de la cuillère. Surtout que selon des rumeurs, des espèces sonnantes et trébuchantes allaient être débloqués pour « acheter » ce renoncement.  

« Que j’ai renoncé à ma candidature moyennent quelque chose ? Ah bon ! Mais c’est un nouveau cadeau de nouvel an que vous me faites déjà. J’aurai renoncé à ça au profit de qui ? Alors monsieur Kaba « GUITER » va chercher de l’argent du début de sa naissance jusqu’à la fin de sa vie, il ne pourra pas mobiliser l’argent qui pourrait monnayer et faire vendre ma dignité et ma personnalité. »

La deuxième des choses qui est importante, je ne décevrai jamais mes électeurs, alors je suis un homme qui tient à ma petite dignité. Mais elle ne se monnayerait  contre rien du tout. M. Kaba « GUITER » est un ami et un frère mais comme je vous le dis, il va chercher l’argent depuis sa naissance jusqu’à sa mort, il ne pourra pas mobiliser l’argent qui pourrait monnayer ma dignité, ma personnalité et ma fierté. Alors ceux qui veulent faire ce petit cadeau là, dites-leur qu’ils ont tapé à la mauvaise porte. »

Donc, si je comprends bien, vous tenez à vos fonctions de président, et rien ne pourra vous faire changer d’avis?

« Ce n’est pas que je tiens, moi j’ai des électeurs qui m’ont fait confiance, qui m’ont porté à la tête du Conseil national du patronat guinéen (CNPG) pour un objectif. Je ne vais pas les décevoir. Je ne vois pas pourquoi ce sujet peut être évoqué maintenant, pourquoi ? »  

Puis d’ajouter : « moi, je ne suis pas là pour gagner de l’argent, je suis là pour restructurer le patronat et redonner le blason qu’il mérite et la fierté du patronat, et en faire un patronat uni, fort et jamais d’ailleurs. S’ils n’ont pas pu mobiliser des gens et faire de ce patronat un outil fort pour l’économie nationale et la fierté du secteur privé guinéen. Si Dieu me donne l’opportunité de le faire, je le ferais contre vents et marrées. »

Comme message, Mohamed Hann appelle les membres de la structure à se donner la main. « Nous, nous demandons à tout le monde de nous aider à booster le secteur privé. Le patronat c’est l’outil du secteur privé. Nous n’avons rien de politique ou de partisan. Nous évoluons avec le pouvoir en place. Dans le patronat, il y a toutes les ethnies, toutes les races et tous les opérateurs économiques. Et la vision du patronat, c’est d’être un patronat national et non un patronat partiel ou partisan. Donc, ce n’est pas moi qui ai décidé d’être président, ce sont les fédérations qui m’ont sollicité et cette marque de confiance là, elle va demeurer, et je ne reculerai devant rien pour cela. A bon entendeur salut. » 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici